Tounes d’automne…

C’est ce temps de l’année où on fait de la sauce à spaghetti et où on aime entendre nos pieds faire crépiter les feuilles multicolores qui sont tombées au sol. C’est aussi ce temps de l’année où on aime abuser des cafés lattés à l’écoute de bons morceaux folk réconfortants comme une doudou en polar ou hors de prix en cachemire…;)


JASON BAJADA « Loveshit II: blondie and the backstabberz »

Jamais un album de 20 chansons n’a semblé aussi court à l’écoute. Jason raconte de façon candide une grande histoire d’amour puis d’une sensibilité et d’une honnêteté déstabilisante, il chante sa descente aux enfers. Des textes vrais, transparents qui vont droit au coeur…et cette voix si triste et réconfortante à la fois. Le disque de toute une vie. Sûrement un des meilleurs lancés au Québec depuis longtemps!

Chansons coups de coeur: A Collision | In what world do you Savages live where you thought I’d be cool | Final Breath

Et…cette magnifique « Help me feel nothing at all »

 

 

TIRE LE COYOTE « Désherbage »

Rien de moins que le Richard Desjardins de sa génération. Ce 5e album nous amène oui dans le folk et dans les guitares emblématiques qui ont forgé sa personnalité musicale mais aussi vers le country rock plus américain et même vers des montés atmosphériques planantes. Cet un album abouti et d’une finesse rare. Et ses textes…quel poète ce Benoit Pinette! Mes genoux ont littéralement lâchés quand il chante: « Laisse moi pas, on  retrouvera le feu, laisse-moi on brûlera les adieux , le ciel est backorder ». 

Chansons coup de coeur:  Tes bras comme une muraille | Le ciel est backorder | Jeu vidéo (plus que fabuleuse version francophone de Video Games de Lana Del Rey)

DARAN  « Endorphine »

Il y a quelque chose d’immensément rafraîchissant en cet aire du « me , myself pis moi et mon petit sentiment etc… » d’entendre un auteur-compositeur donner son opinion hyper transparente sur la vie, la société et la politique. Sans demi-mesure Daran dit les choses telles qu’elles sontt et dont personne ose dire haut et fort. Il y a des moments de colère sur ce disque qui est aussi habité d’une grande transparence bercée par cette voix qui semble venu d’ailleurs et qui arrache le coeur. et disons-le, Daran fait littéralement pleurer sa guitare.

Chansons coup de coeur: Pauvre ça rime à rien | Je repars | Dur à cuire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives