Et c’est reparti !

Pour le plus grand bonheur des festivaliers, après deux jours de congé, question de reprendre son souffle, c’est reparti de plus belle sur les principales scènes du FestiVoix.

Aussi vif au micro que sur la détente!

C’est en complet noir et cravate blanche que l’ex-porte-parole et agent des relations publiques du SPTR Michel Letarte – retraité depuis peu –  a commencé son spectacle sur la scène des voix Jazz du jardin des Ursulines.

Entouré de cinq musiciens (basse, guitare électrique, batterie, clavier et saxophone), et de deux voix – l’une féminine et l’autre masculine – Michel Letarte demeure alerte, fort et garde le cap sur ses présentations.

Un crooner, un vrai au ton chaleureux et flirteur à la fois. Installé comme dans les “Band Stands” des années 50 et 60, des fameuses salles de danses qui faisaient fureurs, Michel Letarte fredonne et chante avec toute l’aisance. Il offre un Jazz aux effluves du sud des États-Unis et d’ailleurs.

Que ce soit pour un “Mack The Knife” de Kurt Veil, un “Georgia On My Mind” de Ray Charles ou un “Why Delilah?” de Tom Jones : trois différentes périodes, trois différents styles tous rendus avec la verve et la ferveur nécessaires à chacune des interprétations.

 

 

Éliane Proteau

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives