Une journée à « guichet fermé »!

Pas mal me direz-vous. En cette première journée de festivité musicale, c’est à « guichet fermé » que le sol trifluvien recevait ses premiers festivaliers. Malgré une température plutôt de sensation automnale qu’estivale – les grands vents du large qu’osait nous apporter notre majestueux Saint-Laurent – nous ne savions jamais si dame nature allait faire des siennes. La soirée fut très chaleureuse en accords de toutes sortes.

Bartula

Sur la scène des Voix Libres, Igor Bartula et son quintette ont offert toute une performance. Ce bassiste originaire de Sarajevo et neo-trifluvien depuis 1996 avec son groupe nous invite dans un voyage musical dans cette grande Europe de l’est où toutes les colorations et subtilités musicales bosniaques nous sont présentées. Presque klezmer, un tant soit peu des Balkans, jazzée ici et folk là, la musique de Bartula ne nous laisse aucunement indifférent.

Jordan Officer

Jordan Officer c’est tout d’abord un guitariste exceptionnel. Accompagné de deux musiciens très chevronnés – une contrebasse et une batterie – Jordan Officer nous a offert un bon échantillonnage de ce qu’il pouvait proposer musicalement à tout bon amateur de Jazz.

Un coup de maître ici que de l’avoir reçu sur la scène des Voix Jazz malgré un flagrant manque de voix!

Le trio excelle en blues, en Jazz, en country-folk. Les rythmes de samba et de rock’n roll ne leur sont pas non plus inconnus. Une technique et un doigté où glissandos et cadenza n’ont aucun secret. Jordan Officer est digne d’un Pat Metteney assurément!

Louis-Jean Cormier

Cet auteur-compositeur-interprète très connu du FestiVoix reprenait du gallon cette saison sur la scène des Voix Multiples. Encore chargé à bloc, par ses nombreux festivaliers, le parterre de la cour du couvent des Ursulines vibrait aux sons des divers grands succès de l’interprète.

La générosité de Louis-Jean Cormier n’est plus à faire. On a eu droit à un rappel non prévu.

Undercover Live Rock Band

Alors là, si vous ne connaissez pas ce nom, retenez-le bien! C’est littéralement « ma » grande découverte de la soirée. WOW! Retour « Bang!!! » dans les années 70 dès les premiers accords, dès les premières paroles interprétées. Grande période où ont été découverts les Def Leppard, Foreigner, Journey, Van Helen et plusieurs autres célèbres groupes de la décennie prestigieuse, celle de la naissance du Rock. Du bonbon!

Un quintette rock qui revisite ses grands classiques! La voix du soliste du groupe est d’une richesse, d’une justesse et d’une force spectaculaire. Rien à envier à Freddy Mercury!

Éric Lapointe

Ce grand auteur-compositeur-interprète a conquis cette mer noire de monde venue expressément pour lui démontrer un amour inconditionnel. C’est aussi pas mal lui, la cause de ce « Guichet Fermé »!

C’est d’un égal à sa voix roque, éraillée et brute qu’Éric Lapointe s’est écrié après quelques succès interprétés :

– « Salut Trois-Rivières! On avait tous hâte d’être là. La météo prédisait 60% de risque de précipitations. F… Y.. Os…! »

Et la foule en délire d’en redemander. En plus, la surprise d’y voir Travis Cormier et Ludovic Bourgeois, tous deux sortis de « La Voix » à différentes époques, venir chanter aux côtés d’Éric Lapointe : un délire collectif monstre dans le parterre et dans les airs!

Constat est que cette première journée de la 24e édition du FestiVoix fut un grand succès et est un gage de promesse pour la suite. Pour l’instant on reprend ça demain.

Éliane Proteau

Votre blogueuse vadrouilleuse trifluvienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives