Quand le rock rencontre l’opéra!

J’ai eu la chance d’assister cette semaine au concert Another Brick in The Wall – L’opéra à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts à Montréal et j’ai vraiment apprécié l’expérience. N’étant pas une habituée de l’art lyrique, c’est mon amour pour la musique de Roger Waters qui m’a poussé à assister à ce spectacle et je ne le regrette pas!

 

Lors du concert de Pink Floyd au Stade Olympique en 1977, Roger Waters a craché au visage d’un fan trop turbulent!  C’est suite à cet incident que Roger Waters visiblement secoué a réalisé qu’un  »mur » s’était bâti entre lui et le public! Une barrière infranchissable afin de se protéger du monde extérieur! De là, part la symbolique de The Wall et c’est ainsi que débute Another Brick in The Wall – L’opéra, oeuvre présenté par l’Opéra de Montréal dans le cadre du 375e anniversaire de la ville de Montréal! La version lyrique de l’oeuvre de Roger Waters est composée par Julien Bilodeau et mise en scène par Dominic Champagne.

Un opéra tout simplement puissant et émouvant!

Les premières images d’Another Brick in The Wall – L’opéra, captées par Radio-Canada :

Le baryton Étienne Dupuis relève avec brio le défi d’interpréter le personnage principal d’une grande complexité nommé Pink, un rockeur tourmenté qui sombre dans la folie et la déchéance. La soprano France Bellemare interprète la mère de Pink. Elle impressionne tout autant par sa voix puissante et profonde. Je dois aussi souligner les talents du Chef d’orchestre Alain Trudel et de l’Orchestre Métropolitain, véritables piliers du spectacle. D’ailleurs pour l’occasion, l’Orchestre Métropolitain était installé sous la scène afin de laisser l’espace scénique à la performance.

crédit photo: Naomie Rousseau

Pour ceux qui veulent en voir plus, Ici Musique réalise une capsule Facebook en direct qui dévoile l’envers du décor –> c’est ici! 

Un opéra créé pour les yeux!

La mise en scène correspondait tout à fait à la vision que j’avais de l’album The Wall : des images intenses et un brin psychédéliques, teintées de rouge et de noir. Impressionnants, les décors jouaient constamment avec l’idée de murs et de frontières. L’adaptation visuelle de l’ensemble du spectacle captive et ajoute beaucoup aux rythmes des performances! Les moments forts étaient joués avec une grande intensité ! Je pense particulièrement au deuxième acte où la mise en scène est électrisante sous les coups des fusils, des bombes et des cris des fanatiques. Je suis restée assise au bout de mon siège !

Une réussite mais…

Mon principal irritant: le son! Parfois, il était difficile de bien entendre les performances vocales des artistes.  Je peux aussi comprendre que les amoureux et fidèles de l’oeuvre de Roger Waters peuvent sortir du spectacle quelque peu perplexe. J’entends par là, qu’on ne reconnaît pas nécessairement tous les airs et les tonalités des pièces mythiques de l’album.

La version lyrique de Another Brick in The Wall – L’opéra est une réadaptation complète de l’oeuvre! Et c’est là que se trouve la richesse de cette version! Bien que je sois extrêmement fanatique des chansons originales, j’ai pu apprécier The Wall sous un angle nouveau.

 

D’ailleurs une entrevue très intéressante a été réalisée avec Roger Waters à Tout le monde en parle!

 

À voir le public composé de plusieurs générations ce soir-là, j’ai rapidement compris qu’Another Brick in The Wall – L’opéra réussi trois points fondamentaux, créer de l’émotion, rendre l’opéra plus accessible que jamais et permettre au public de redécouvrir The Wall d’une manière jamais explorée auparavant!

 

Par Naomie Rousseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives