Des « Covers » de tous les genres

Par Éliane Proteau – 

Tous les éléments étaient en force

« Covers » : terme dans le jargon du métier de la chanson qui signifie reproduction, interprétation d’une oeuvre appartenant à un autre artiste, couvrir à sa manière une chanson connue.

Plusieurs chanteurs se prêtent régulièrement au jeu de l’interprétation de pièces qu’ils aiment, qu’ils adorent, qu’ils veulent chanter et qui sont initialement chantées par d’autres.

Donc, ce soir nous avions vraiment sur plusieurs scènes, des interprètes et des auteurs qui se sont agréablement imprégnés de leurs « Covers ». Même le ciel s’est mis de la partie en nous offrant, dans un camaïeu de gris, un immense « Cover » d’une journée chaude et humide reproduisant la pluie et un orage estival.

Après l’orage où j’ai pu m’abriter juste avant sous un des chapiteaux du Village des artisans, c’est avec tout mon courage et munie de mon paratonnerre mobile (et oui, je ne peux me débarrasser de ma béquille) que je me suis rendue tranquillement vers la scène aux Jardins des Ursulines pour voir et entendre le spectacle de Jazz. Mon unique inquiétude était qu’un orage nouveau nous tombe dessus. La pluie rafraîchit mais l’orage lui… (lire et imaginer ici un visage décomposé avec une moue relevé à la commissure du seul côté droit!!).

 Un mélange très dynamisant

 

Sur la scène des Voix Jazz des éclairs musicaux nous sont tombés dessus. Si vous ne connaissez pas encore le Band « Call me Wayne », c’est un groupe par excellence à inviter à tous vos partys.

Ils ont trouvé la recette d’un cocktail enivrant! Bien dosé en genres, le résultat en est surprenant. Ajoutez-y des vents (clarinette, saxophone), un clavier électronique, une batterie et des cordes (une contrebasse) et le tour est joué.

Une chanteuse, quelle chanteuse! Entourée de ses cinq musiciens, un magnifique et heureux mélange de Jazz et de Swing en version Pop nous est présenté. Le party, malgré les gouttes de pluie omniprésentes, à littéralement levé!

Crédit Marc-Antoine Berthiaume
Crédit Marc-Antoine Berthiaume

Des « Covers » de Madonna, Spears, Timberlake, Stromae et plusieurs autres s’offraient l’un après l’autre. Une voix sensuelle, sans trop grandes fioritures nous enveloppait tout au long du programme présenté.

C’est avec plaisir qu’un groupe d’adolescents s’est levé instinctivement et a décidé d’inaugurer une piste de danse fictive sur le plancher de gazon côté jardin. Pleut, pleut pas, c’est ici qu’on s’amuse!

Quels musiciens! De l’improvisation à son meilleur. Un groupe à découvrir, si ce n’est déjà fait.

 2Frères, deux gars du tonnerre!

 

Découverts depuis peu par Mario Pelchat, ce duo a su se tracer un chemin rapide vers le palmarès francophone des stations de radio du Québec et d’ailleurs. On a qu’à penser à « 33 tours » pour s’en faire une idée. D’ailleurs, j’ai toujours pensé, sans l’apprendre avant ce soir, qu’ils avaient tout deux une influence marqué auprès de l’auteur-compositeur-interprète Alexandre Poulin. On y retrouve dans « 33 tours » des effluves, comme une signature de Poulin. Eh bien, ce tube a été justement composé et offert à 2Frères par Alexandre Poulin!

Ils y sont allés avec de leurs propres compositions. Des pièces à saveur « RoadTrip », donnant dans le folklore et frôlant le country. C’est le genre de musique qui vous fait sentir bien au volant…

On a aussi eu le droit à trois « meddleys » (donc des « covers ») de François Pérusse, de Dédé Desjardins et de Beau Dommage.

La place était remplie à pleine capacité. Des gens de tous les âges ont bravé le risque d’orage pour savourer, une à une, ces chansons que l’on connaît par cœur.

L’assistance était vraiment excitée et en délire par moments d’une telle rencontre. Un duo qui ira loin.

 

Une soirée exquise malgré une température et une météo beaucoup moins bonnes. Le gros orage nous l’avons eu en musique. Espérons que tout ce qui a à tomber se produise cette nuit et demain matin au plus tard, pour vivre convenablement dans le beau temps une autre journée de FestiVoix.

Votre vadrouilleuse éclopée!

Éliane Proteau


 

Même estropiée, je serai au FestiVoix!

806-Éliane ProteauUne vadrouilleuse éclopée! Rien ne peut arrêter une trifluvienne au prise d¹un grand handicaptemporaire. Rien ! Que ce soit avec une béquille, à la rigueur avec les deux, beau temps,

mauvais temps, le FestiVoix 2016 s’ouvre bientôt dans sa 23ème édition et j¹y serai du nombre des festivaliers. Je sillonnerai encore cette année, les différentes scènes ouvertes et livrées à la chanson, à la musique. Un programme haut en couleurs et en prestations diverses qui saura nous émerveiller, nous fera rêver, chanter, danser (pour tous les autres sauf pour moi!), qui nous fera découvrir de nouveaux émergents et entendre de grands talents reconnus. Des noms hissés aux sommets des palmarès, issus de différents domaines musicaux, de l¹international jusqu¹au Québec, sans oublier les nôtres provenant de notre belle région. Tous ces nombreux interprètes feront notre fierté et notre immense ravissement. Les faits saillants de la journée, c¹est ce que je me ferai un immense plaisir de vous rapporter, soir après soir, le temps du prochain FestiVoix 2016.

Une vadrouilleuse éclopée!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives