Mon coup d’cœur c’est le pirate

Par K –  Ce dimanche est, tout d’abord, le premier de la jeune K dans les lignes éditoriales du blogue du Festivoix. C’est réellement un plaisir d’y être pour le spectacle de Cœur de pirate ainsi que de Foxtrott et ce soir je me suis prêté au jeu de trouver toutes sortes de points communs entre Béatrice Martin et K.

19 h 40 — Je termine mon quart de travail.

20 h 15 — J’embarque dans le bus de la ville qui m’amène au parc Champlain.

20 h 30 — Je me retrouve dans une foule bardée d’oreille culturellement réceptive pour Foxtrott. Une première partie à la fois cuivrée et synthétique. Une très belle découverte pour K. Lors du début de la chanson « Shaky Hands », un gars prêt de moi dit « pour cette chanson-là, j’dois aller me lancer en avant du stage ». En bon québécois, Foxtrott n’était pas sans admirateurs en ce dimanche soir. Ma curiosité ayant été piquée, j’ai décidé de lui dire « à plus tard » plutôt « qu’au revoir », puisqu’elle était de retour sur la scène folk au Temps d’une Pinte vers les 23 h 30.

21 h 30 – C’est dans une ambiance dorée de bleu que Béatrice Martin ainsi que ses musiciens entre en scène. Debout, les bouts de doigts sur son piano, Cœur de pirate débute le spectacle le sourire aux lèvres. Les chansons étaient totalement vécues et ressenties par le public. Des performances à l’image de Cœur de pirate, à la fois vraie et authentique. Un brin d’improvisation du type contemporain rendait le tout percutant et à la fois sensible et attachant. Béatrice marque un point culminant en faisant « Place de la République » en solo au piano. Les bras dans les airs et la bouche en sifflet, les spectateurs encouragent le groupe qui donne un show incroyable malgré les nuages de mannes qui ont pris place sur la scène eux aussi. En plus, une version personnelle de la chanson « Sorry » de Justin Bieber s’est livrée à nous comme un jouet dans un sac de Crackers Jack. Une version selon moi P.A.R.F.A.I.T.E et qui prouve l’universalité du ton musicale du pirate. Le spectacle s’est terminé en rappel avec de grands succès, soit « Oublie-moi », « Adieu » et « Crier tout bas » qui ont été interprété en parfaite fusion avec ce qu’a dit la chanteuse pendant son spectacle et je la cite : « Je veux vous faire voyager le temps d’une chanson ». Cœur de pirate, faut que je te dise que tu m’as fait voyagée pendant toute une soirée! En frais de bye bye, Béatrice et sa petite fille Romy ainsi que tous les excellents musiciens nous ont fait des signes de mains et c’était magnifique.

C’est à ce moment précis que je me demande pourquoi je n’ai pas déjà le C.D. de Cœur de pirate. En réfléchissant, j’en suis aussi venu au fait que K et C, ça se prononce de la même façon (un premier point commun).

23 h 30 – Un petit flotteur punch tropical à la main, je me dirige vers le Temps d’une pinte où je retrouve Foxtrott. Dès les premières chansons, j’ai remarqué à quel point le son était meilleur. Une belle introduction en instrumental a permis de mettre les buveux de bières dans l’imaginaire sonore du groupe. On pouvait entendre le cor français, le synthétiseur, la cloche à vache et toute leur percussion créative et surprenante. Certains esprits libres se laissaient aller en dansant et ça se répercutait sur les autres personnes alentour comme l’effet d’une vague de métronome.

0 h – C’est déjà la fin de cette belle soirée. Finalement, j’y glissé seulement un point commun entre K et Cœur de pirate, désolé. J’embarque dans mon auto et je pense aux prochains spectacles qui m’attendent dans l’univers du blogue du Festivoix et j’en viens à la phrase suivante : talk to me Wayne et le 33 tours à la scène des ursulines. Saurez-vous où me trouver mardi prochain?

P.S. Tout en revenant à la maison, je chantonne les airs de Cœur de Pirate, parce que malgré tout mon coup d’cœur c’est le pirate.


 

Je suis une jeune K au 3/4 taillée du programme de communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières.Étant une lettre bien curieuse, j’ai tendance à me retrouver dans des projets toujours plus différents les uns que les autres. Aujourd’hui, je suis une similiherboriste et demain, qu’est-ce que je serai? Du 24 juin au 3 juillet, je peux vous dire que je serai amatrice de latte glacée (tous les ex-baristas le sont, ce n’est pas un secret). Je serai une jeune bohème dans le quartier d’artisanat. Je serai, cahier de notes à la main, dans les foules du Festivoix. 

 Comme vous l’avez peut-être déjà constaté, j’aime un peu l’anonymat. Ce serait ma ligne directrice pour les prochains articles à venir. L’anonymat est toujours plus représentatif d’une expérience en détail. En ce sens, les lecteurs auront à stimuler leur sens pour bien vivre les spectacles dont il sera question. De plus, une petite énigme sera glissée à la fin de chaque article afin que les lecteurs puissent deviner où se trouvera K pour le prochain spectacle. Vous constaterez que j’aime aussi les devinettes (Chapeau pour celle d’Hedley).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives