Les mots d’une nation en fête et en Art pur!

Par Steve Bernier – Le FestiVoix s’ouvrait aujourd’hui et l’organisation a fait les choses en grand. Quelle soirée mémorable que celle de la fête nationale ! Ceux qui me connaissent vous diraient que c’est naturel de dire cela pour celui qui dans la vie travaille à titre de coordonnateur de la fête nationale. Reste qu’hier soir Trois-Rivières et l’ensemble de la Mauricie n’avait rien à envier aux grands spectacles de Québec et de Montréal. Sur le bord du fleuve nous avions nos plaines d’Abraham à nous.

Avant l’animation de la scène Loto-Québec, ce sont toutes les scènes qui vibraient au rythme de la fête nationale. Une programmation de qualité pour satisfaire toutes les clientèles. Sur la scène des voix jazz, Le trio Nelligan ont rendu hommage à Félix Leclerc et sur la scène Bell, Steve Veilleux a offert un spectacle qui reprenait les mots de Gérald Godin tout en musique, alors que le conteur et musicien Francis Désilets s’amusait entre musique et récit de conte dans la cours du Manoir Niverville sous l’œil attentif de Maurice Duplessis perché au loin sur son piédestal de fond de cours, un œil sur le flambeau et l’autre sur les propos du conteur.

Ma conjointe avait décidé de descendre la rue des Forges et laisser mes enfants la liberté de s’exprimer, comme en fait foi cette vidéo.  Pour ma part étant en tournée de la fête nationale au quatre coins de la Mauricie, j’ai décidé de me concentrer uniquement sur le grand spectacle réunissant Les Tireux d’Roches, Nicolas Pellerin et les grands hurleurs. Pour moi, un des moments phares de la soirée, et c’est ce qui est unique lors des « Saint-Jean-Baptistese », se trouve à être le discours patriotique. On avait confié, à mon ami et collègue conteur Marc-André Fortin, l’interprétation de ce texte fait d’histoires cousues de paroles, de livres, de chansons, de théâtre et de films qui raconte en peu de mots, notre collectivité. Les mots de Gilles Vigneault, Fred Pellerin, Anne Hébert, Pierre Falardeau, André Melançon, Gaston Miron, Félix Leclerc, Marc Favreau, Gérald Godin, Claude Gauthier, Boucar Diouf, Pierre Bourgault et René Lévesque.

Pour le citer Marc-André: « Ce fût un VRAI hummmpppffffffff ! au discours » Bien sûr Marc-André nous parle ici de cette émotion qui rehausse et qui rehummmpppffff ! à nouveau!

Mettre de la musique de l’auteur-compositeur interprète David Robert redonnait une certaine noblesse aux mots de ces libres penseurs en leur donnant plus de sens.

Ce soir à Trois-Rivières nous pouvions vraiment dire comme René Lévesque : « On n’est pas un petit peuple, on est peut être quelque chose comme un grand peuple. »

Steve Bernier

Papa conteur blogueur


L’aspect humain d’un nouveau blogueur conteur

 steve_bernier_04Écrire ce n’est pas une chose nouvelle pour moi. Comme coordonnateur de la fête nationale en Mauricie, j’écris des discours patriotique, des communiqués de presse et des chroniques sur le blogue SSJB.quebec. Comme conteur j’écris avec la parole sans vraiment coucher les mots sur du papier, je fais du récit et joue avec les mots en rendant fantastique un brin d’humanité. J’évolue dans l’univers de l’événementiel depuis plus de vingt ans et je crois bien avoir vu et entendu plein de choses sur le monde de l’organisation. Être blogueur et conteur pour le FestiVoix me permet de parler de l’aspect humain présent dans un festival. Le FestiVoix c’est plus que des artistes et de la musique, c’est un milieu de vie. Je parlerai bien sûr de musique et de spectacle, mais dans le seul but de parler des autres aspects d’un festival. Tout en parlant de musique, je parlerai des aspects souvent d’en l’ombre d’un événement, mais essentiel à la vie de ce dernier. La vie du festivalier varie d’un individus à l’autre. Se rendre en famille au FestiVoix avec ma conjointe et mes deux jeunes filles de 5 et 7 ans, n’est pas la même logistique que de s’y rendre en couple. Comment on s’organise pour venir au FestiVoix en famille? C’est comment faire du vélo-taxi pendant toute une soirée? Quels sont les dessous de la place des artisans? Et combien d’autres questions encore… Je n’ai pas la prétention d’être un journaliste et je n’aspire pas à devenir un chroniqueur culturel, mais j’ai aussi le goût de parler de ses artistes de l’ombre qui sont en périphérie des grandes scènes populaires, car ils sont aussi l’âme du FestiVoix. Par mes récits je désire mettre un peu de fantastique dans votre humanité de festivalier, alors je vous invite à me suivre et à vous laissez conter !

Steve Bernier, blogueur conteur pour le FestiVoix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives